• Évangile du jour

    Matthieu 20,17-28

    En ce temps-là, Jésus, montant à Jérusalem, prit à part les Douze disciples et, en chemin, il leur dit : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort et le livreront aux nations païennes pour qu’elles se moquent de lui, le flagellent et le crucifient ; le troisième jour, il ressuscitera. » Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande. Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. » Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez- vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. » Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. » Les dix autres, qui avaient entendu, s’indignèrent contre les deux frères. Jésus les appela et dit : « Vous le savez : les chefs des nations les commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; et celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave. Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

  • Méditation

    L’évangile de ce jour est séparable en trois étapes. En premier Jésus annonce sa Passion. Il sait parfaitement ce qu’il lui arrivera, ce qu’il faudra offrir, ce que ça lui coûtera. Mais il choisit tout, il monte à Jérusalem pour donner sa vie. Il faut réfléchir sur ce don prémédité. La deuxième étape est la question, certes trop humaine, mais audacieuse et pleine de foi de la mère de Jacques et Jean. S’il n’appartient pas à Jésus d’accorder telle ou telle place, c’est tout de même lui qui ouvre les portes du Royaume. Et la condition d’accès que Jésus présente est claire : boire à la coupe du salut, participer à sa propre passion. En ai-je le désir ? Enfin, il y a la réaction de jalousie des autres Apôtres que Jésus rabroue avec fermeté. Pour être premier, il faut imiter en tout point notre seul Maître, imiter Jésus dans le don total de sa vie, sans condition, s’abandonnant à la volonté du Père. Est-ce que je préfère servir ou être servi ? Cet évangile nous montre donc qu’il faut contempler, désirer et imiter le Christ par toute notre vie.

  • Effort offert

    Je trouve une petite tâche ingrate, un petit service pour autrui, afin d’imiter Jésus venu pour servir.