M. l’Abbé Jean-François Guérin

“La Communauté Saint-Martin ne peut être composée que de la misère de chacun de ses membres, à vue humaine c’est donc une misère dont l’Église n’aurait nullement besoin. Mais dans la foi en l’Amour miséricordieux de Jésus, unique et souverain Prêtre, c’est une Sagesse du Fils à la gloire du Père pour le service des âmes”

M. l’Abbé Jean-François GuérinFondateur de la Communauté Saint-Martin

HISTORIQUE

Aux origines de la Communauté

Voltri-groupe-1En 1976, poussé par de jeunes étudiants qui sentent en eux l’appel d’une vocation sacerdotale, “Monsieur l’Abbé” décide de fonder une communauté pour assurer leur formation vers la prêtrise. C’est sous la vigilance paternelle du cardinal Joseph Siri, archevêque de Gênes, qu’il est accueilli en Italie. Avec ceux qui sont désormais les premiers séminaristes de la Communauté, il s’installe donc à Voltri, dans le diocèse de Gênes.

Le cardinal Siri demeure une figure importante pour l’histoire de la Communauté. Jusqu’à sa mort (1989) en effet, il accorde son amitié et sa protection à notre fondateur. Il le nomme chanoine honoraire de la basilique de l’Immaculée Conception et de la cathédrale Saint-Laurent de Gênes en témoignage de son estime et de leur amitié. Notre fondateur devint alors “Monseigneur Guérin”.

L’Abbé Jean-François Guérin

Abbe1Jean-François Guérin est né en 1929, à Loches. Ordonné prêtre pour le diocèse de Tours le 29 juin 1955 par Monseigneur Gaillard, il devient vicaire à la cathédrale de Tours et aumônier de lycée. Après une licence de droit canonique à l’Institut catholique de Paris, il est nommé Délégué général de l’Œuvre d’Orient.

Très marqué par la spiritualité bénédictine, il était oblat de l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault. Dans les années 1960 et 1970, alors qu’il exerce son ministère à Paris, de nombreux étudiants se rassemblent autour de lui.

Le retour en France

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAAlors que la Communauté grandit peu à peu, de plus en plus d’évêques français commencent à lui témoigner leur confiance. Comme ils l’appellent pour confier à ses prêtres leurs premiers ministères, Mgr Guérin sent que le moment est venu pour la Communauté Saint-Martin de s’installer en France.

En 1993, la Maison mère de la Communauté et la Maison de formation s’installent donc à Candé-sur-Beuvron, dans le diocèse de Blois, sous la protection de son évêque : Mgr Jean Cuminal, puis Mgr Maurice de Germiny à partir de 1997.

Passage de témoin

assises2013 02En 2004, pour des raisons de santé, Mgr Jean-François Guérin renonce à sa charge de modérateur général. Pour lui succéder, l’Assemblée générale des prêtres et diacres de la Communauté élit l’abbé Jean-Marie Le Gall (l’un des premiers prêtres de la Communauté, ordonné en 1980 par le cardinal Siri), pour un mandat de six ans.

Mgr Guérin s’éteint dans la paix du Seigneur, le 21 mai 2005. Il est inhumé dans le village de son enfance, à Artannes, dans le diocèse de Tours.

En 2010, un nouveau modérateur général est élu pour six ans, l’abbé Paul Préaux, ordonné prêtre en 1989. En 2020, au coeur de son deuxième mandat, don Paul fête le dixième anniversaire de son modératorat au service de la Communauté.

La maison-mère à Evron

En 2014, les locaux de Candé-sur-Beuvron deviennent étroits pour le séminaire, si bien qu’un déménagement s’impose. Durant l’été de la même année, le séminaire pose donc ses valises à Évron (Mayenne) dans le diocèse de Laval.

Depuis maintenant six ans, le séminaire grandit donc dans l’abbaye bénédictine d’Évron (XVIIème siècle) où les séminaristes poursuivent leur formation humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale, dans le sillage de l’impulsion donnée par l’Abbé Guérin, et entretenue par ses successeurs.

C’est aussi dans cette maison que se trouve la maison-mère de la Communauté. Lieu de décision, elle accueille les prêtres lors des moments de rassemblement communautaire, de formation permanente, ou de repos.

Les paroisses au fil du temps

La prise en charge de paroisses par la Communauté fut, dans les premières décennies, très progressive. De ces premières années, les prêtres de la Communauté ont toujours en charge Fayence (1983), Saint-Raphaël (1986), Cellettes-Montrichard (1990), Vouvray et le sanctuaire de Montligeon (1995), ou encore Nogent (1997).

Entre 2000 et 2010, le nombres de paroisses s’est agrandi avec Chninon (2000), Font-Romeu (2002), l’internat de Pontlevoy (2005), la paroisse de Placetas à Cuba (2006), Châlons-en-Champagne (2008), ou encore Brie Comte-Robert et Mortagne-au-Perche (2010).

Enfin depuis 2010, la Communauté à pris en charge les nouvelles paroisses de Soissons et Gênes (Italie) en 2011, Meyzieu et Biarritz en 2012, Paris (ND des Blancs Manteaux, Évron et Dijon en 2013, Laval depuis 2014 (avec de nouveaux secteurs en 2016 et 2019), Trélazé St Barthélémy et le sanctuaire de Lourdes en 2015, la pastorale des jeunes de Blois en 2016, Brive-la-Gaillarde et Arles en 2017, Amiens en 2018, et Sarcelles en 2019.