Le Parisien 25/12/2017

Seine-et-Marne : 25 décembre, le marathon de Don Antoine, curé de Sénart

Article de Marine Legrand paru dans Le Parisien le 25/12/2017

 

Lieusaint, lundi 25 décembre. Don Antoine, en soutane (à g.), a rendu visite à plusieurs familles le jour de Noël dont celle de Joël (en pull noir), qui donne beaucoup de temps à la paroisse. LP/Marine Legrand

 

Entre les messes, les visites à domicile et autres rendez-vous, un prêtre ne chôme pas le jour de Noël. Reportage à Moissy-Cramayel et Lieusaint avec le père Don Antoine.

Six messes en 24 heures, un baptême, des visites à domicile, des vêpres (NDLR : office du soir), un repas avec l’évêque… Noël est un marathon pour Don Antoine, 39 ans, curé de la paroisse de Lieusaint, Moissy-Cramayel et Réau, à Sénart. Car le 25 décembre, jour de repos pour de nombreux Français, rime avec emploi du temps dense pour les prêtres en cette date célébrant la naissance de Jésus.

8 heures. La nuit fut courte pour Don Antoine. Couché à 1 h 30 à l’issue des célébrations du 24 décembre, il entame sa journée par la messe de l’aurore à Brie-Comte-Robert et enchaîne à 10 h 30 avec la messe du 25 décembre à Moissy. « Les célébrations de Noël sont toujours bondées ! », se réjouit-il.

12 h 30. Seul moment de détente, un déjeuner festif se tient la paroisse de Brie-Comte-Robert avec une douzaine de prêtres du pôle missionnaire et l’évêque. « Des paroissiens nous ont préparé des huîtres, du foie gras, on a mis des beaux couverts. C’est un beau moment fraternel », apprécie Don Antoine.

15 heures. Place aux visites d’amitié. En soutane noire, col romain et béret, Don Antoine pénètre dans la Cité du Parc, une résidence HLM à Moissy-Cramayel. « Je viens voir Betty, une fidèle d’origine congolaise, très engagée, qui anime souvent les messes du secteur. Son mari est hospitalisé depuis un mois. Je veux la remercier pour son engagement et la soutenir dans ces moments difficiles. » « Sa venue me touche, confie Betty. Cela montre qu’on est dans son cœur. Ce prêtre a fait beaucoup pour Sénart depuis son arrivée : adorations de l’Eucharistie, visites à domicile, animations avec des missionnaires, liturgie bien au carré… » « Quand puis-je aller voir ton conjoint ? », lui lance le prêtre. « Si vous avez le temps, Don Antoine. Votre agenda est déjà très chargé. » « Demain, 15 heures ? » « Parfait ! » « Au fait, quand baptisez-vous la petite Agnès ? », demande-t-il à une nièce, profitant de toute occasion pour évangéliser.

16 h 30. A Lieusaint, une coupe de champagne et une part de bûche accueillent Don Antoine chez Joël, un jeune d’origine malgache qui anime l’aumônerie et le catéchisme. Toute la famille est présente, on ouvre les cadeaux. « C’est la grâce du prêtre de pouvoir aller partout et de se glisser dans l’intimité familiale. » « C’est vraiment sympa qu’il passe nous voir le jour de Noël », apprécie Joël. Le curé échange des petites blagues avec les proches, s’intéresse aux traditions de Noël à Madagascar… Puis propose une courte prière au groupe avant de s’éclipser, le sourire toujours accroché à son visage rayonnant. « On reçoit tellement à travers ce que l’on donne, vous savez. »

18 heures. Prière et recueillement aux vêpres à Brie-Comte-Robert. Un dîner avec d’autres prêtres de la communauté Saint-Martin achève sa longue journée. « Je ferai encore beaucoup de visites toute la semaine. Puis j’irai voir ma famille et prendrai une petite semaine de vacances. » Avant de repartir pour une nouvelle année marathon.

 

Moissy-Cramayel, lundi 25 décembre. Don Antoine a aussi rendu visite à Betty (à dr.), qui anime les messes et dont le mari est hospitalisé, afin de la remercier pour son engagement et la soutenir. LP/Marine Legrand